Don Paypal
Informations
©2019 Cineguns
Vers le haut
The OA
Dans la catégorie Séries, publié par Guns le 21 février 2019, dernière modification le 21 février 2019
· · ·

Ou l'Histoire d'un Flashmob

 

Cette fiche concerne la saison 1 uniquement

 

 

 

note4.png

 

 

Synopsis

 

Plusieurs années après avoir été enlevée, Prairie (!) Johnson, une jeune fille aveugle réapparait de façon soudaine. Sa réapparition inexplicable s'accompagne également de la perte de sa cécité. Le FBI s'interroge sur son histoire, mais également les gens autour d'elle, d'autant que Prairie, qui se prétend maintenant être The OA (The Original Angel, rien que ça) a un comportement étrange qui pèse la petite communauté.

Réunissant un groupe de personnes, complètement hétéroclite (on se croirait dans Breakfast Club) elle commence alors à raconter son histoire, qui verse de plus en plus vers le mysticisme.

 

En route vers le mysticisme, sans boussole

 

Avis constructif

 

Dans la catégorie des séries Mindfuck, The OA s'en sort plutôt bien. On part d'une histoire presque policière pour se diriger vers une sorte de compte mystique à base d'Anges, de plan astral, d'au-delà et de flashmob.

 

Sur un point de vue narratif, on est devant The OA comme des enfants qui vont se coucher et à qui on lit une histoire. On écoute plus qu'on ne regarde. On se laisse bercer par l'histoire de Prairie, par sa captivité, par la découverte du projet fou du savant fou, par la perte de sa cécité. C'est follement agréable, mais on se demande rapidement si cela à un sens ("what the actual fuck"©Moi, devant the OA, 2018). A priori on se rassurera en se disant que nous ne sommes pas les seuls. La page wikipédia de la série nous informe que cette réaction fût exactement celle des producteurs exécutifs.

 

Si eux ont fini par trouver assez de sens pour y mettre des millions, c'est qu'il doit y en avoir. Ca console. Quoi qu'il en soit, c'est bien filmé, assez bien joué (Brit Marling est convaincante, son groupe disparate beaucoup moins) ((en même temps Brit Marling est l'une des deux conceptrices de la série, elle a plutôt intérêt à être convaincante)).

 

Brit Marling, ©So It Goes #4

 

 

Mon ami, j'ai pris grand soin de ne rien spoiler mais à partir de maintenant, si, ça dévoile sec, alors va voir ailleurs si tu souhaites te préserver ton innocence, par exemple sur la page Don, histoire de me remercier de ma prévenance avec un don d'un montant aléatoire mais gros.

 

La saison 1, en 8 épisodes, nous donne là encore (comme au final pas mal de série de nos jours) une sensation de bref aperçu. Ca nous pose des bases d'une histoire un peu complexe d'Anges, des humains qui après avoir vécu un certain nombre d'expérience de mort imminente (voire réelle pour le coup), arrive à recevoir un don, exprimable à l'aide de mouvements chorégraphiés. Ce don permettrait un voyage trans-dimensionnel, et sauver ainsi d'autres personnes.

 

Pour l'instant (c'est à dire la saison 1) ça cafouille un peu. Ces mouvements sont "donnés" par une entité astrale (Khatun) au moyen d'un animal à ingurgiter, à chacun des sujets du psychopathe, lors de leur mort provoquée. Or dans le présent, the OA transmet ces mouvements à sa petite troupe. Or aucun d'eux n'a subit de NDE (near-death experience), ce qui reviendrait à dire que le mouvement est suffisant, que le voyage dans le plan astral n'est nécessaire que pour obtenir la chorégraphie. C'est chelou, mais pourquoi pas.

 

Dans son bain astral

 

Et nos amis utilisent d'ailleurs à bon escient cette chorégraphie supposée ramener des gens à la vie pour divertir un tireur de masse dans une école et ainsi l'empêcher de nuire.

Oui c'est la fin que je vous raconte, sans honte, car je la trouve complètement plombée par rapport au reste de la série. J'ai eu le sentiment qu'il y aurait dû avoir une fin plus complexe, peut-être 2 épisodes de plus pour développer un peu l'approche de la saison 2.

 

Au final, un bon divertissement, qui aurait gagner à mieux se définir avant d'être produit.

 

 

 

 

The OA saison 1 (2016) est une série de 8 épisodes d'une durée très variable, dont au moins une deuxième partie est prévue, avec Brit Marling et Jason Isaacs.