Don Paypal
Informations
©2019 Cineguns
Vers le haut
Bird Box
Dans la catégorie Cinéma, publié par Guns le 03 avril 2019, dernière modification le 05 avril 2019
· · ·

Au pays de aveugles...

 

 

note2.png

 

Histoire

 

... les démons sont rois.

Nous sommes quelque part, dans une ambiance un peu froide, et une femme lance à ses enfants (?) cet ordre formel et définitif : "Quoi qu'il arrive, n'enlevez jamais vos bandeaux".

Et en route pour la joie.

 

Pince-mi et pince-moi sont dans un bateau...

 

Review

 

Bird Box est un excellent film. Sur le papier. En théorie nous sommes sur une histoire bien rodée, puisque traitée maintes fois sous divers aspects. Un déroulé plein de tension, de rebondissements, de références à ses acolytes apocalyptiques. Bref, de quoi se réjouir et plonger au coeur du suspense, en haletant entre deux poignées de pop-corn.

 

 

Las, le film chavire rapidement. La construction est simple : nous sommes dans une timeline précise et on navigue entre cette période, et 5 ans auparavant, à la mise en place de l'apocalypse. les flashbacks sont par la suite nous ramener de plus en plus près du présent. Ce déroulé, simpliste, à l'avantage de nous plonger directement dans l'action, tout en nous expliquant pourquoi on y est. C'est un peu la construction obligée pour ce genre de film, sinon on est paumé. Dommage que ce ne soit pas super bien réalisé, pour être honnête on se perd un peu (un comble), et les flashbacks ont surtout des effets de porte de four ouverte : ça fait retomber le soufflé à chaque fois.

 

Belle double exposition (renvoyant à une double narration ?)

 

Le film souffre également de son ambition. Il cherche à marquer les esprits, à nous remuer, avec certaines scènes assez impressionnantes mettant en jeu les fameuses créatures apocalyptiques, mais comme à aucun moment on en apprend sur ces créatures, comme on ne sait pas pourquoi les personnes "méchantes" (oui, on en est à ce stade de manichéisme) sont immunisées, comme on ne sait pas pourquoi ces "démons" peuvent aussi imiter le son des proches disparus (et donc lire nos souvenirs, et donc les utiliser contre nous avec la voix, et donc on se demande pourquoi un bandeau pour pas les voir est suffisant pour survivre ...), bref comme on ne sait rien malgré les flashback nombreux, on patiente et on se lasse.

 

Au niveau des acteurs, on a une excellente Sandra Bullock, on ne peut pas le nier, c'est elle qui fait le film. A côté on a des gens qu'on oublie, on aimerait surtout oublier Malkovich dont on ne sait pas trop trop ce qu'il fait ici, sa présence est toujours plaisante, mais là il détonne avec son côté redneck trumpiste chelou.

 

Et si on construisait un mur contre les ombres ?

 

Bref, en surnageant entre les clichés de groupes survivalistes (qu'on a pu voir dans les trucs de zombies, de vampires, etc. ) et en zappant la référence à Event Horizon où les mecs au moins avaient la décence de s'arracher les yeux pour ne pas voir le mal (bon trop tard mais quand même, c'était plus badass qu'un bandeau), on arrive bon gré mal gré à la fin.

 

Dans Event Horizon les protagonistes, c'est déjà moins des couturières

 

ZPOILAIRE ALERT ZPOILAIRE ALERT ZPOILAIRE ALERT ZPOILAIRE ALERT

 

Cette fin où le monde part en couille et ... ha ben non. Kikille la smala débarque dans un havre de paix où règnent les aveugles, qui eux s'en tapent le coquillard des démons. Bon, le fait qu'on ait pu voir juste avant que ces derniers pouvaient contrôler des humains pour dézinguer tout le monde, où utiliser la voix d'ailleurs... ben osef total là. Il fait beau (il fait moche tout le trajet) les oiseaux gazouillent et tout le monde est heureux, les enfants peuvent aller jouer parce qu'on sait que, bah, 5 ans à survivre en risquant de mourir chaque seconde, c'est vite oublié en fait à cet âge là.

 

Bref, la fin nous prend pour des cons, et là où un film plutôt banal mais agréable pourrait devenir un bon film, il prend le chemin inverse et devient simplement assez mauvais.

 

 

 

Bird Box, un film de Susanne Bier de 2018, qui dure 124 minutes assez longues, avec Sandra Bullock et j'ai pas envie de trop dire le nom des autres, Sarah Paulson étant la seule qui s'en sort.

 

C Ya