Don Paypal
Informations
©2019 Cineguns
Vers le haut
Fleabag #2
Dans la catégorie Séries, publié par Guns le 04 juin 2019, dernière modification le 04 juin 2019
· · ·

Sac de Noeud version 2.0

 

 

6 étoiles

Notez que cet article parle de Fleabag, saison 2, pour l'article sur Fleabag, saison 1, c'est par ici

Histoire

 

Nous retrouvons Fleabag quelques temps après ses déboires amicaux, sentimentaux et familiaux. Son café marche plutôt bien, elle n'est plus fauchée comme un champ de blé à la moisson, et grande nouvelle, son père va épouser sa belle-mère, la marâtre artiste qui hérisse le poil de tout le monde. Fleabag fait alors la rencontre du prêtre qui va s'occuper de la cérémonie.

Critique

 

Fleabag est une série que j'avais trouvé vraiment bien, du genre qui file le smile, tout en étant très très loin d'être superficielle. Pour la saison 2, qui vient 3 ans après la sortie de la première, on ne savait pas trop à quoi s'attendre, et une certaine appréhension pouvait poindre. Quand on démarre aussi bien, on s'enfonce souvent.

 

Petit regard en coin à l'adresse du spectateur

Brisons-là le suspense, qui n'en est pas vraiment un si t'as vu la note en début d'article, le pari est réussi. La saison 2 est excellente. Légèrement (hahem) moins tragique que la saison 1, elle va permettre d'aborder la complexité des personnages secondaires, à commencer par la famille, au travers de la relation de Fleabag avec son père. Aussi avec sa soeur Claire, dont le couple commence fortement à péricliter, et qui, toujours dans la rigidité cadavérique qui sied à une femme forte, anglaise et impassible, commence à donner du mou et montrer des signes d'humanité.

 Alerte, quelques spoilers à suivre.

L'humanité est bien le maître mot de Fleabag, on navigue dans des eaux troubles, un coup en haut, un coup au creux de la vague, Fleabag nous renvoie à chaque moment à des instants de notre vie, réelle ou fantasmée. Cette humanité est ici confrontée à quelque chose de plus grand, puisqu'au divin. En effet dans cette saison, Fleabag tombe amoureuse. Il ne s'agit pas d'un coup d'un soir, mais elle tombe vraiment amoureuse, et comme il s'agit du prêtre, forcément, cela créé une tension dramatique qui touche à la grâce : le prêtre va devoir choisir entre elle et Dieu. Rien que ça.

Je ne vous ferais pas l'affront de vous éclairer sur ce point, précipitez-vous sur Fleabag, une excellente série, comme on en voit rarement. Chaque plan est bien pensé, les acteurs sont excellents (avec des caméos sympas, comme Kristin Scott-Thomas cette saison). L'interaction avec le spectateur, au travers d'apartés adressées à la caméra, nous tire vraiment au sein de l'histoire, on est le confident secret et imaginaire de l'héroïne (avec une subtilité cette saison, c'est que le prêtre nous crame).

 

Something's rotten in petitfour

Cette saison 2 est vraisemblablement la dernière, il ne devrait pas y en avoir d'autres, puisque d'une part Fleabag, après avoir appris la vérité sur la fameuse statue volée à la saison 1, s'en sépare (acte fort si l'on en croit tous les thérapeutes de la terre), et d'autre part, alors que la caméra (nous) s'apprête à la suivre, elle nous intime de rester à notre place et de ne plus nous immiscer dans sa vie privée, nous la subconscience qui l'accompagnons depuis ces 12 épisodes emprunts de magie.

 

Fleabag, une série en 2 saisons de 6 épisodes chacune, avec Phoebe Waller-Bridge, Bill Paterson, Sian Clifford et Andrew Scott, à voir sur Amazon Prime Video.

Notez que cette série, avant même la sortie de la saison 2, s'est vu portée en remake par Canal+ sous le titre de Mouche. Je n'ai pas vu cette dernière, je ne jugerai donc pas, mais je ne vois aucun intérêt à la chose, Fleabag se suffit à elle-même, et je pense que le public français est apte à apprécier une série anglaise...

C Ya
Guns