Don Paypal
Informations
©2019 Cineguns
Vers le haut
Marianne - saison 1
Dans la catégorie Séries, publié par Guns le 30 septembre 2019, dernière modification le 30 septembre 2019
· · ·

Abracadabra

 

 

3 étoiles

 

Histoire

 

Emma, jeune romancière qui écrit une série de livre basée sur Marianne, sorcière cauchemardesque, décide de tuer ses héroïnes et de passer à autre chose, quelque chose de plus joyeux peut-être. Cependant, lors de sa dernière séance de dédicace consacrée à son livre, une ancienne amie d'enfance vient lui intimer l'ordre de revenir dans son village breton natal, car Marianne, la vraie, ne veut pas qu'on cesse son histoire ...

Critique

 

Histoire classique, vraiment, d'une sorcière qui se nourrit de la peur qu'elle suscite au travers des livres qui la racontent. Du moins c'est ce que j'en ai compris. Derrière, se cache une série française vraiment sympa, qui utilise les dernières ficelles netflixienne en date pour nous accrocher. Voyons tout ça.

Fête et ambiance

Primo, l'histoire nous plonge dans le paranormal celte, sans nous enfoncer dans des traditions imbuvables ou que seuls les autochtones peuvent comprendre. Mélangeant agréablement éléments d'enquête policière avec notre inspecteur sympa, de réalisme bon enfant avec nos amis sympas et d'esprit dérangeants avec notre sorcière pas hyper sympa. De la possession à la malédiction, les bases de la sorcellerie sont bien là.

Ensuite, on notera que je zappe le secundo parce que je trouve que c'est un sale mot, on a une mise en scène bien fraîche, au sens propre comme au figuré. Des tons glacés, propres à la côte peut-être, et des artefacts d'image, par exemple ce flou qui s'installe sur le contour de l'image, régulièrement et qu'on retrouve dans The Haunting of Hill House, autre série horrifique. La mise en scène est propre, elle nous ballade bien avec des alternances de plan fixes et de travelling, des plongé et contre-plongées, bref, on sent qu'on veut travailler le côté immersif, et c'est réussi.

Voisin sympa

Bien sûr, la série est portée par ses acteurs, en premier la phénoménale Mireille Herbstmeyer qui va nous filer les chocottes avec sa voix grave et ses expressions forcées, alternant une sévérité implacable et un sourire de psychopathe qui fait passer le joker pour un pâlichon. Ensuite, de Lucie Boujenah à Tiphaine Daviot, en passant par Alban Lenoir, on a la jeune garde française bien présente. Tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes avec ces acteurs attachants, qui sont pris par leur personnage et qui nous invitent dans cette histoire.

Et là, c'est le drame. L'erreur fatale. Le bug de casting. Je ne veux pas être cruel, mais Victoire Du Bois était vraiment un mauvais choix. De par son jeu (car je veux encore croire qu'elle jouait, même si un doute s'est installé dès la première seconde où on la voit) elle réussit l'exploit de tout péter ce que le metteur en scène et ses collègues ont tenté de faire : l'immersion. Elle joue Emma (l'héroïne de l'histoire donc, celle que l'on voit tout le temps, hélas) d'une façon telle qu'on a simplement envie qu'elle crève. Du coup plutôt que de vibrer pendant quelques scènes bien tendues, dès qu'elle perle, bim, on est sorti de la série, on est devant notre écran, et on attend que le temps passe.

On va tâter de la croix

C'est vraiment dommage, une autre actrice aurait pu, pour moi, faire de cette série une franche réussite. Encore une fois, je peux comprendre que d'autres auront un avis totalement opposé et trouveront que ce côté inexpressif, totalement irréaliste, pénible, va à ravir avec le personnage et qu'elle a voulu justement lui donner cette identité. C'est pour moi encore pire, ça veut dire que c'est volontaire et donc inexcusable, contrairement au fait de jouer comme un pied, qui là se pardonne facilement et dont on sait que ça peut évoluer rapidement dans le bon sens (et donc que tout n'est pas perdu).

Au final, une série que j'ai bien aimé, que j'aurais pu apprécié 10 fois plus sans ce malheureux choix de casting.

 

Marianne saison 1 est une série d'angoisse française de 2019 en 8 épisodes d'environ 50', avec Victoire Du Bois, Lucie Boujenah, Tiphaine Daviot, Alban Lenoir et Mireille Herbstmeyer