Aujourd'hui le 18 nov. 2018
la dernière mise à jour date donc
de pas longtemps ...

Ce site est réservé aux adultes consentants, c’est à dire ceux qui aiment se marrer, qui ne sont pas contre matter du cul (et surtout qui en ont le droit), qui aiment discuter entre eux pour savoir lequel à le plus tort.
Ce site utilise des cookies et en plus on est tellement fort qu’on place des trojans sur nos pages et dans vos ordinateurs.
Par ailleurs, un code maliceux détecte les iPad et active leur autodestruction.

Tout est copyrighté, bien entendu et on vous poursuivra sans relâche si vous volez un truc. Informations

Les articles de la catégorie Séries
Re:Mind

Re:Truc

 

Blind testing dans un gastro ?

Autant le dire tout de go, j'aime les trucs qui débutent par Re:, déjà parce que j'ai eu un site qui s'appelaient Re:Birth et que je trouvais ça classe à l'époque, et qu'en fait je trouve toujours ça hyper classe.

 

Qu'est-ce que Re:Mind ? Re:Mind c'est un truc chiant à taper, mais c'est surtout un drama que l'on trouve sur Netflix. Un drama, c'est un truc mignon pour dire une série à la con japonaise qu'on regardera pas trop trop parce que c'est pas vraiment dans notre culture à nous, européens, qui préférons largement regarder Sous le soleil de l'amour à St Tropez, série culte en 1987 épisodes, ou encore plus belle ma vie, un jour peut-être.

 

 

L'histoire

 

Posons l'ambiance, avec un brin de synopsis. Re:Mind débute en nous collant 11 lycéennes dans les pattes. Ca sonne bien comme ça, mais précisons qu'elles sont cagoulées et entravées aux chevilles. Les moins pervers d'entre nous sentent tout de suite que ça sonne moins bien. On apprendre rapidement qu'elles ne sont pas là de leur plein gré, mais qu'elles ont bel et bien été séquestrées. Va s'ensuivre une histoire à la 10 Petits Nègres, se déroulant sur 12 épisodes de 30 minutes + 1 bonus.

 

La chaise vide, principal suspect

 

L'avis

 

Avant d'attaquer à proprement parler les points positifs de cette mini-série, mettons de côté ce qui fâche : il s'agit d'un drama d'idoles. Les protagonistes ne sont donc pas des actrices, mais des idoles, ces ados post-pubères qui chantent et dansent devant un public de mâles incongrus. Forcément, au niveau du jeu, ça coince. Ca coince d'autant que de base, dans le cinéma ou la télévision japonaise, on a une expressivité qui est différente de nos standards et qui souvent nous heurte de par son niveau sonore ou ses intonations que l'on trouvent fort peu à propos. Là, c'est pire, vu que c'est sur-joué. Donc ça cri, ça hurle, et ça brise un peu les co.. oreilles.

Deuxième point négatif, on est dans un huis clos, et c'est génial, mais un débile a eu l'idée des flashbacks. Qu'est-ce que c'est un flashback dans un huis clos ? C'est une porte de sortie de notre immersion. Bye bye ambiance, on est transposé en dehors du clos de l'huis. Bref, c'est con, même si un effort a été fait pour ne pas en place trop et n'importe où, ça ruine un peu le truc.

 

Voilà, les points négatifs, maintenant, on peut mettre ça de côté, car honnêtement une poignée de flashback et un jeu à la mimi geignarde ne devraient pas être suffisant pour gâcher complètement le plaisir d'une série à suspense, assez bien écrite, à fin ouverte, qui réussit à nous alpaguer et nous maintenir sous l'eau durant son visionnage. La série a été particulièrement mal notée sur le net, en particulier sur les sites français, mais a plutôt fait le buzz sur sa plateforme.

 

Tout d'abord, la mise en scène, même si parfois simpliste reste assez efficace et surtout fait ce qu'on lui demande, elle oriente notre vision et c'est pour ça qu'on voir un bon paquet de gens se taper la série une deuxième fois après l'épisode bonus, pour tenter de ne pas se faire berner et trouver des indices ou des pistes, et surtout voir avec quelle précocité on nous les a servies.

 

Bonne ambiance, dommage la mort certaine

 

Ensuite, les actrices, si comme on l'a dit elles ne sont pas bonnes du fait qu'elles ne sont pas actrices, apportent justement une certaine authenticité de par leur approche naïve des personnages. On est dans le surjeu de temps en temps, mais à d'autres moments on est surpris d'une justesse de caractère ou de la force d'une émotion.

 

Autre point positif, l'épisode bonus nous sort de l'ambiance huis clos et nous donne des pistes, non pas directes, mais indirectes en nous montrant les relations entre les protagonistes avant la séquestration, et les évènements qui vont se produire. Cet épisode ne donne aucune réponse mais fournis au contraire des clés pour l'interprétation, toute personnelle puisse-t-elle être, de la série.

 

Enfin, le plus gros point positif pour moi reste ce qui est le plus repproché à la série : l'absence de fin, d'explications. Déjà, c'est positif parce que ça nous permet de nourir l'espoir d'une saison 2 qui prendrait racine dans toutes les lacunes laissées en place. Mais aussi parce qu’on n’est pas obligé d'avoir tout le temps une fin toute tracée.

 

Spoiler alerte, ami lecteur si tu n'as pas vu la série et que tu souhaites le faire, ben arrête de lire, et va la regarder.

 

Il y a pour la fin plusieurs interprétations. Le fait que les filles soient sur un bateau qui va être saborder nous fait penser qu'elles sont toutes mortes, mais le sont-elles ? Une des membres du groupe a dit que la fin était une fin joyeuse et qu'elles étaient toutes vivantes, mais comment l'expliquer, et comment le refuser ? Certaines personnes ont même pensé que ce diner était un purgatoire, que les filles étaient déjà mortes et qu'elles devaient confesser leurs fautes avant de disparaître dans l'au-delà.

 

Bref, il peut y avoir plein d'interprétation, mais la série reste très agréable, avec un bon suspense, de bons twists, et je trouve que ça serait dommage de s'en priver. C'est bingewatchable en une journée.

 

A titre de bonus, une petite vidéo du groupe dans ses oeuvres.

 

Dans la catégorie Séries par Guns, modifié le 25-10-2018, 13:30:00
0 commentaire