Aujourd'hui le 18 avril 2019
la dernière mise à jour date donc
de pas longtemps ...

Ce site est réservé aux adultes consentants, c’est à dire ceux qui aiment se marrer, qui ne sont pas contre matter du cul (et surtout qui en ont le droit), qui aiment discuter entre eux pour savoir lequel à le plus tort.
Ce site utilise des cookies et en plus on est tellement fort qu’on place des trojans sur nos pages et dans vos ordinateurs.
Par ailleurs, un code maliceux détecte les iPad et active leur autodestruction.

Tout est copyrighté, bien entendu et on vous poursuivra sans relâche si vous volez un truc. Informations

Les articles de la catégorie Séries
Hanna

My baby shot me down

 

 

note6.png

 

Cet article concerne la saison 1 de la série Hanna

 

Plot

 

2003, Erik Heller pénètre dans un centre médical situé en Roumanie pour y enlever un bébé, et le rendre à sa mère. Rapidement, on se rend compte que le centre semble être militaire, et la tentative de fuir avec le bébé s'avère compliquée, entraînant la mort de la mère. Erik prend alors le bébé et part se perdre dans les montagnes de roumaine.

2019, le bébé a grandi, toute une enfance et une adolescence passée dans les bois à suivre l'entraînement prodigué par son père.

 

Avis

 

Comme toutes les autres, mais j'insiste là particulièrement, cette série se regarde en VO !

 

Premièrement, il faut savoir que cette série Amazon est un reboot du film éponyme sorti en 2011, film que je n'ai pas vu, je ne pourrai donc pas faire de comparaisons avec ce dernier. Les infos que j'ai disent qu'à partir du 3ème épisode, c'est très différent.

 

Ensuite, je vais émailler mon avis de petits spoilers, donc après l'avertissement d'usage, ami lecteur, si tu n'as pas vu la série je ne peux que t'enjoindre le faire le plus rapidement possible. Ceci étant dit, les spoilers ne devraient pas être dramatique, on n'est pas vraiment sur une série à suspense, et je sais que de toute façon une fois commencer à lire ma prose, personne ne peut s'arrêter en court de route.

 

ZPOIL ALARM ZPOIL ALARM ZPOIL ALARM ZPOIL ALARM ZPOIL ALARM

 

Hanna est une série en 8 épisodes d'une durée qui varie entre 47 et 56 minutes, ce qui laisse le temps aux auteurs de développer leurs personnages autour d'une histoire simple, mais plaisante. Nous sommes dans une ambiance d'espionnage, où la CIA joue le premier rôle, et franchement c'est jouissif de retrouver l'esprit qui a pu marquer toute une époque de film d'espionnage dans les années 70 et début 80.

 

Petite trek en famille

 

Erik Heller, interprété brillamment par Joel Kinnaman, est un ancien militaire, qui devient agent de la CIA chargé de recruté des femmes qui cèdent leur bébé à l'armée américaine, pour un projet baptisé Utrax. Après avoir volé l'un de ces bébé, Hanna, la CIA mettra tout en oeuvre, au travers de l'agent Marissa Wiegler, brillamment interprété par Mireille Enos, pour tuer les deux protagonistes.

 

Oui, elle est implacable

 

Si vous êtes attentifs aux noms évoqués, vous vous rendez compte que le couple Kinnaman/Enos vous dit quelque chose. En particulier si vous avez lu l'article qui précède celui-ci sur The Killing. En effet, le duo phare d'enquêteurs de la série The Killing se retrouve ici, en tant qu'antagonistes. Et ça fonctionne très très bien. Autant le dire, les personnages de Hanna ne sont pas enfants de choeur.

 

Et justement, en parlant d'enfant, parlons un peu d'Esme Creed-Miles, qui interprète Hanna et qui est certainement la révélation de la série. Le rôle lui sied comme un gant, puisqu'elle arrive à donner une innocence à son personnage toute emprunte de naïveté (elle n'a quand même connu que la foret) tout en conservant une froideur qui donnerait des frissons à Nikita. La petite voix toute douce, enfantine, joue certainement à intensifier ce contraste (VO!), surtout quand elle pète un bras à quelqu'un qui l'a regardé de travers.

 

Ange ? (source: Instagram @esme_creedmiles)

 

Ou démon ?

 

 

J'ai émaillé les allusions ici et là, mais allons droit au but : la série est franche. Les protagonistes ne sont pas là pour couper les citrons. On ne nous vend pas un agent de la CIA bien entraîné comme quelqu'un qui va hésiter à tirer ou qui va prendre le temps de faire un long discours. Dans Hanna, on est confronté à de l'ultra-violence très réaliste, et surtout très brutalement. Certaines scènes, comme dans la gare, ou lors du dernier épisode, sont des moments badass purement jouissifs, mêlant combats à l'arme à feu et au corps à corps.

 

Petite note, si vous faites une recherche sur la série, vous trouverez j'en suis certain le mot badass très régulièrement, car si l'on doit chercher une définition du personnage d'Hanna, on est en mal d'en trouver une autre. C'est vraiment ce qui caractérise le personnage.

 

Badaaaaaaass

Pour revenir à nos moutons, les 8 épisodes nous baladent dans le nord de l'Afrique et dans l'Europe, principalement de l'est. Les intitulés sont très explicites (Forest, Friend, City, Father, Town, Mother, road, Utrax) du voyage effectué, aussi bien géographique que psychologique pour la jeune Hanna. Ces voyages sont accompagnés de moments forts, que ce soir au niveau des scènes de combats comme mentionnés au-dessus, qu'au niveau des expériences de vie (sortie entre copain, entrée dans une cathédrale, etc.). Ces moments sont accompagnés d'une bande-son d'exception, dont voici d'ailleurs la composition intégrale. La chanson phare, que l'on retrouve dans chaque épisode, est Anti Lullaby, de Karen O, et c'est parfaitement adapté. On trouvera également, entre autres, Charlotte Gainsbourg, Jain, Billie Eilish ou encore Bishop Briggs en passant par du Aphex Twin.  C'est dire la fucking good bande-son !!

 

Cette musique accompagne des scènes, filmées avec grand soin. Le seul bémol qu'on trouvera se situe dans certains effets spéciaux, et je dis ça vraiment pour pas qu'on me dise de ne pas chercher de défaut, parce que c'est faux j'en cherche toujours. Les cadrages sont bien choisis, les épisodes sont très bien rythmés, il n'y a pas d'ennuie.

 

Si je résume : c'est très bien joué, c'est bien filmé, c'est bien rythmé, c'est doté d'une excellente bande-son. Je me demande ce qu'on peut reprocher à cette série. Je recommande donc fortement. Pour ma part j'attends avec impatience de savoir si une saison 2 verra le jour. La fin est suffisamment ouverte pour cela, mais de fait tous les protagonistes principaux de la saison 1 ne pourront pas en faire partie (ach za zpoil za zpoil!).

 

 

Hanna, une très bonne série de 2019 créée par David Farr, avec Esme Creed-Miles, Mireille Enos et Joel Kinnaman.

 

C Ya

Dans la catégorie Séries par Guns, modifié le 05-04-2019, 08:25:57
0 commentaire
The Killing

Enquête pluvieuse, enquête malheureuse

 

 

note4.png

 

Histoire (ou pas)

 

Je ne peux pas résumer l'histoire car cette fiche porte sur les 4 saisons de The Killing. Ce qui nous fait 3 histoires différentes, la première histoire s'étalant sur les deux premières saisons, la deuxième sur la troisième, produite chez AMC et la troisième histoire sur la quatrième saison produite par Netflix. Bref, c'est le bordel.

Je vais donc résumer le plot général de la première histoire (2 premières saisons) : une adolescente disparait, l'enquête débuté mais rapidement, on retrouve son corps. Que s'est-il passé ?

 

Avis (si)

 

The Killing est une série américaine qui reprend, presque au mot si j'en crois le peu que j'ai pu en voir, une série Danoise appelée Forbrydelsen (et que d'ailleurs j'aimerai bien regarder). Je ne connais pas la série Danoise, mais la série américaine nous plonge dans un univers pluvieux (merci Seattle) et dépressif presque tout le long.

 

Image la plus colorée que j'ai trouvée pour illustrer cet avis

 

A mon sens, il faut vraiment scinder la série en 2. Les deux premières saisons d'un côté, qui relatent l'enquête sur le meurtre de la jeune Rosie Larsen, et les deux autres saisons, qui ont été rajoutées mais n'atteignent clairement pas le même niveau de tension et d'oppression que l'on peut connaître lors de cette investigation, qui mêle enquête policière, corruption politicienne et magouille ethnique.

 

Du coup j'ai envie d'orienter mon texte uniquement sur les deux premières saisons, que je vous incite fortement à regarder. Libre à vos d'enchaîner sur les deux saisons suivantes.

 

La force de la série réside, au cour de ces deux saisons donc, dans la continuité. On prend le temps de 26 épisodes pour arriver à un épilogue, ce qui permet de construire décemment les choses. La performance vient aussi du charisme des deux acteurs principaux, qui portent à eux seuls la série, même s'ils sont bien accompagnés par une foule de seconds couteaux tous plus criant de vérité les que les autres.

 

Dans cette ambiance froide, pluvieuse, graisseuse parfois, la détective Sarah Linden, qui a du mal à gérer ses problèmes personnels, s'investi dans son enquête jusqu'à l'obsession. On s'enfonce avec elle dans cette quête de vérité, on se heurte avec elle à ces murs qui se dressent et on avance à fond sur ces fausses pistes pour comprendre, nous aussi, ce qui a pu arriver à cette jeune fille. D'autant que le jeu des acteurs force réellement à la compassion. Bref, on nage en pleine souffrance collective. Son acolyte apporte un peu de fraîcheur, mais également sa part de noirceur.

 

Sarah Linden, même les tiques sont moins collantes

 

La série est une très bonne série policière, que je recommande vivement. Bien que l'on se fasse régulièrement balader, la tension reste palpable tout au long des épisodes, et même quand on n'est pas trop fan d'avoir les nerfs (/me lève la main) en pelote tout le temps, dès qu'un épisode est terminé on en redemande.

 

 

 

The Killing, une série en 4 saisons à géométrie variable de 2011 à 2014 qui comporte 44 épisodes de 40 minutes à 1h, avec Mireille Enos, Joel Kinnaman, Billy Campbell et Michelle Forbes.

 

C Ya

Dans la catégorie Séries par Guns, modifié le 04-04-2019, 08:43:55
0 commentaire
Grace and Frankie

La revanche gériatrique

 

 

note5.png

 

Résumé

 

Deux couples qui se fréquentent depuis des décennies se retrouvent pour une énième fois au restaurant. Ce soir-là pourtant, les choses ne vont pas se passer comme d'habitude. En effet, Sol et Robert, les deux maris respectifs de Frankie et Grace, annoncent qu'ils souhaitent se séparer de leurs femmes, afin de pouvoir enfin vivre leur amour interdit au grand jour, amour qui dure depuis plus de 20 ans.

 

Avis construit ou pas trop trop

 

Cet avis tient compte des 5 saisons disponibles à ce jour.

 

Notons tout d'abord que Grace and Frankie détonne dans le paysage audio-visuel. Une série sur les vieux, avec des vieux, c'est déjà quelque chose de peu commun. En effet la vieillesse est certainement LA chose que l'on cherche le plus à oublier, afin de ne pas nous renvoyer une image négative et déprimante de nous-mêmes. Ainsi on préfèrera voir des jeunes gens et jeunes gentes aux corps parfaits s'embrasser sur une Harley devant un coffee truck, plutôt que deux vieux bonshommes de plus de 70 ans se rouler des pèles.

 

Le verre de Martini est certainement le plus récurent des secondes rôles

 

Et pourtant! Pourtant c'est non seulement d'une réalité totale et complète, mais en plus c'est touchant ; et on se rend compte qu'on aimerait être touché par ce genre de chose simples et réelles plus souvent.

 

Ensuite, cette série détonne parce que les protagonistes sont quand même de sacrés numéros. Par exemple, quand une femme qui a été mariée pendant 40 ans se retrouve seule, à plus de 70 ans, que fait-elle ? La réponse édulcorée est qu'elle va faire du scrabble avec ses copines du club. La réponse dans Grace et Frankie est plus proche de ce qu'on pense être la réalité (ou en tout cas qu'on espère que sera notre réalité) : elle retrouve une sexualité, notamment en se masturbant.

 

Pas avec ça

 

Oui, Grace et Frankie est ce genre de série, où une la masturbation féminine des séniors n'est pas un tabou. Les blessures articulaires qui en résultent non plus.

 

On l'aura compris, Grace et Frankie apporte un souffle de fraîcheur. C'est une série légère, rigolote, agréable par son côté humaniste et néanmoins décalé (comme quoi on n'est pas obligé d'être dans la provoc pour faire passer des messages essentiels). Le tout est soutenu par un casting excellent, avec Lily Tomlin (Oscarisée), Jane Fonda (Oscarisée), Sam Waterson (Oscarisé) et Martin Sheen (qui n'a jamais reçu d'Oscar malgré une prestation exceptionnelle dans Apocalypse Now entre autre).

 

les enfants des deux couples sont vraiment dépités

 

Au final, une série vraiment plaisante, qui se regarde avec grand plaisir. Notons qu'une sixième saison est annoncée.

 

 

Grace and Frankie est une série qui comporte (pour l'instant) 5 saisons et 65 épisodes dont la diffusion a débuté en 2015, avec Lily Tomlin, Jane Fonda, Sam Waterson, Martin Sheen et Brooklyn Decker.

 

C ya

Dans la catégorie Séries par Guns, modifié le 01-04-2019, 11:37:01
0 commentaire
The Order

I got the blue rose

 

Cette fiche parle de la saison 1 de The Order

 

 

 

 

 

note3.png

Histoire

 

Jack Morton est un jeune homme bien sous tous rapport, plutôt beau gosse ses notes sont excellentes et il est populaire. Tout cela lui permet d'intégrer l'université de Belgrave, la première étape vers son rêve le plus fou : intégrer la société secrète de la rose bleue (The Hermetic Order of the Blue Rose en VO). Son rêve le plus fou ? Hum, peut-être surtout le plan démoniaque que lui et son grand-père ont mis au point plusieurs années auparavant, afin que Jack puisse venger la mort de sa mère en éliminant Coventry, le chef de l'ordre.

Tout ne se passera pas comme prévu...

 

T'as mis où les clés de la caisse?

 

Avis constructif car c'est le mien

 

Mettons les choses au clair dès le départ, The Order n'est pas une mauvaise série, c'est même une bonne série qui pèche sur plusieurs points.

 

La série est du genre "série surnat' pour ado". C'est à dire qu'on navigue dans les eaux troubles d'un Sabrina mélangé à un Twilight. Ca prend du bon au premier mais beaucoup du très mauvais du second (le lecteur ne sera pas surpris de considérer que l'auteur de ces lignes souhaite que Twilight soit inscrit sur la Convention contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants).

 

Masque stylé

 

Une fois cette précision effectuée, entrons dans le vif. Les acteurs sont ... ce qu'ils sont. Nous sommes très loin du charisme des acteurs d'un Riverdale, ils sont plutôt banals et les jeux ne sont pas à se taper la tête contre les murs. On notera en particulier la performance de Sarah Grey dont l'expression faciale se résume (pour cette série, je ne préjuge pas de la quantité des autres oeuvres qu'elle a pu faire) à une expression, et particulièrement agaçante.

 

Ariane, ne vois-tu rien venir ?

 

Mais mise à part les acteurs un peu casse-bonbon, le reste est plutôt agréable. La série se découpe en 5 épisodes doubles (donc 10 épisodes de 50' environ) dont le point fort est le rythme. Ici on ne se pose pas de questions, on avance et on tranche.

Le premier épisode nous présente la société secrète de la rose bleue, et c'est un poil gentillet, même pour une série orientée ado on se prend à regretter la violence d'un Bambi. Mais rapidement ça tranche, ça tue, ça saigne et ça sacrifie comme si de rien n'était. La série grandie un peu, mais parvient à garder son rythme, et aussi sa superficialité.

 

C'est pour moi le gros point noir, même si je suis fan de la légèreté, parce que quand je regarde une série c'est surtout pour me détendre et pas trop me prendre la tête, il faut avouer qu'on navigue un peu trop en surface, et qu'on ne rend pas l'histoire suffisamment sérieuse pour que le public entre dedans réellement.

 

Et on n'est clairement pas aidé par les pires CGI qui puissent exister dans une série de 2019. Même en 1986 j'aurais râlé contre ça, parce que c'est clairement abusé.

 

Wouuuuu sont ces foutues clés

 

On a donc au final une série qui potentiellement aurait pu être excellente, mais qui n'y arrive pas, principalement par manque de moyen. On a un côté cheap qui ressort sur les effets spéciaux, mais également sur les acteurs, et aussi sur la finesse du scénario. Pour autant est-ce que je n'ai pas aimé ? Non, j'ai plutôt apprécié, même si je n'ai pas été fan des acteurs j'ai bien aimé qu'ils fournissent l'effort d'essayer, on sent qu'ils y croient et c'est l'essentiel. De la même façon, la saison se ...

 

HTUNG ZA ZPOILE ACHTUNG ZA ZPOILE ACHTUNG ZA ZPOILE ACHTUNG ZA ZPO

 

... termine d'une façon assez inattendue pour moi. Cette fin met un terme à la saison, et ouvre sur une suite possible, mais n'est pas un cliffhanger suffisant pour affirmer qu'on aura une saison 2. La fin en soit peut être une vraie fin, ce qui est assez rare pour être noté. Et c'est là que je sais que j'ai bien aimé, c'est que ça me gonflerai sévère de ne pas avoir de saison 2 (notamment car quelques questions sont restées sans réponses, par exemple, comment effacer la mémoire de loup garou tranquillement, comme ça pépouse, sans penser une seconde qu'on prend un risque de perte de contrôle total du loup ? HAIN KOMAN ?)

 

Bref, pas de quoi s'emballer, mais une série qu'on pourra voir pour une bonne détente.

 

 

 

 

La première saison de The Order date de 2019, comporte 10 épisodes d'environ 50 minutes, avec Jake Manley, Sarah Grey, Max Martini, Katharine Isabelle.

Dans la catégorie Séries par Guns, modifié le 19-03-2019, 09:26:38
0 commentaire
The OA

Ou l'Histoire d'un Flashmob

 

Cette fiche concerne la saison 1 uniquement

 

 

 

note4.png

 

 

Synopsis

 

Plusieurs années après avoir été enlevée, Prairie (!) Johnson, une jeune fille aveugle réapparait de façon soudaine. Sa réapparition inexplicable s'accompagne également de la perte de sa cécité. Le FBI s'interroge sur son histoire, mais également les gens autour d'elle, d'autant que Prairie, qui se prétend maintenant être The OA (The Original Angel, rien que ça) a un comportement étrange qui pèse la petite communauté.

Réunissant un groupe de personnes, complètement hétéroclite (on se croirait dans Breakfast Club) elle commence alors à raconter son histoire, qui verse de plus en plus vers le mysticisme.

 

En route vers le mysticisme, sans boussole

 

Avis constructif

 

Dans la catégorie des séries Mindfuck, The OA s'en sort plutôt bien. On part d'une histoire presque policière pour se diriger vers une sorte de compte mystique à base d'Anges, de plan astral, d'au-delà et de flashmob.

 

Sur un point de vue narratif, on est devant The OA comme des enfants qui vont se coucher et à qui on lit une histoire. On écoute plus qu'on ne regarde. On se laisse bercer par l'histoire de Prairie, par sa captivité, par la découverte du projet fou du savant fou, par la perte de sa cécité. C'est follement agréable, mais on se demande rapidement si cela à un sens ("what the actual fuck"©Moi, devant the OA, 2018). A priori on se rassurera en se disant que nous ne sommes pas les seuls. La page wikipédia de la série nous informe que cette réaction fût exactement celle des producteurs exécutifs.

 

Si eux ont fini par trouver assez de sens pour y mettre des millions, c'est qu'il doit y en avoir. Ca console. Quoi qu'il en soit, c'est bien filmé, assez bien joué (Brit Marling est convaincante, son groupe disparate beaucoup moins) ((en même temps Brit Marling est l'une des deux conceptrices de la série, elle a plutôt intérêt à être convaincante)).

 

Brit Marling, ©So It Goes #4

 

 

Mon ami, j'ai pris grand soin de ne rien spoiler mais à partir de maintenant, si, ça dévoile sec, alors va voir ailleurs si tu souhaites te préserver ton innocence, par exemple sur la page Don, histoire de me remercier de ma prévenance avec un don d'un montant aléatoire mais gros.

 

La saison 1, en 8 épisodes, nous donne là encore (comme au final pas mal de série de nos jours) une sensation de bref aperçu. Ca nous pose des bases d'une histoire un peu complexe d'Anges, des humains qui après avoir vécu un certain nombre d'expérience de mort imminente (voire réelle pour le coup), arrive à recevoir un don, exprimable à l'aide de mouvements chorégraphiés. Ce don permettrait un voyage trans-dimensionnel, et sauver ainsi d'autres personnes.

 

Pour l'instant (c'est à dire la saison 1) ça cafouille un peu. Ces mouvements sont "donnés" par une entité astrale (Khatun) au moyen d'un animal à ingurgiter, à chacun des sujets du psychopathe, lors de leur mort provoquée. Or dans le présent, the OA transmet ces mouvements à sa petite troupe. Or aucun d'eux n'a subit de NDE (near-death experience), ce qui reviendrait à dire que le mouvement est suffisant, que le voyage dans le plan astral n'est nécessaire que pour obtenir la chorégraphie. C'est chelou, mais pourquoi pas.

 

Dans son bain astral

 

Et nos amis utilisent d'ailleurs à bon escient cette chorégraphie supposée ramener des gens à la vie pour divertir un tireur de masse dans une école et ainsi l'empêcher de nuire.

Oui c'est la fin que je vous raconte, sans honte, car je la trouve complètement plombée par rapport au reste de la série. J'ai eu le sentiment qu'il y aurait dû avoir une fin plus complexe, peut-être 2 épisodes de plus pour développer un peu l'approche de la saison 2.

 

Au final, un bon divertissement, qui aurait gagner à mieux se définir avant d'être produit.

 

 

 

 

The OA saison 1 (2016) est une série de 8 épisodes d'une durée très variable, dont au moins une deuxième partie est prévue, avec Brit Marling et Jason Isaacs.

Dans la catégorie Séries par Guns, modifié le 21-02-2019, 10:15:06
0 commentaire
Dark

Faille

 

 

 

 

note4.png

 

 

Histoire

 

Soyons audacieux et tentons de faire un résumé de Dark! Je suis chaud je sens que je vais y arriver facilement. Dans la petite ville allemande de Winden, près de laquelle se trouve anecdotiquement une centrale nucléaire, un enfant disparait. C'est le fils d'un policier dont le petit frère a disparu 33 ans auparavant, dans des circonstances mystérieuses. Un autre habitant est lui confronté au suicide de son père. Peut-être que cela est lié ?

 

Avis après plusieurs paracétamol

 

Dark, c'est un mot tout con. Ca signifie obscurs, sombre. C'est un peu l'ambiance de la érie, avec une atmosphère tout en griserie, des gens qui font la gueule tout le temps (en même temps on les comprend, vu ce qu'il se passe dans leur vie). Mais cette obscurité c'est aussi l'état de votre cerveau quand vous visionnez Dark.

 

Stage de proctologie sur le terrain

 

Parce que fatalement, vous allez faire une erreur : vous allez essayer de comprendre. Et là, c'est le drame. Je ne vais pas vous faire l'affront de vous expliquer ce qu'il y a à comprendre dans Dark, simplement parce que mon pharmacien veut déjà m'envoyer en désintox d'ibuprofen et de paracétamol, mais je vais simplement tenter de vous faire comprendre pourquoi c'est une erreur de vouloir à tout prix chercher des explications.

 

Mais avant cela, on va faire une double pause. Première pause, parlons un peu de la série sur un plan purement factuel. Elle fait, au moment de l'écriture, une saison (la deuxième arrive bientôt) de 10 épisodes, sortis en 2017. L'action se déroule en 2019, en 1986 puis tient aussi en 1953. Les épisodes durent entre 45 et 55 minutes, comme souvent sur Netflix (vu que c'est diffusé là-dessus). Et c'est une production allemande, ce qui, si on était des racistes de base, nous permettraient de dire pourquoi ils font tous la gueule. Bref, tout ça pour dire que ça parle allemand, mais les habitués d'Arte que nous sommes s'en tapent, ça passe très bien et encore une fois, on préconise la VO.

 

Deuxième pause, pour annoncer quelques spoilers, donc amis lecteurs, si tu n'as pas vu cette série, sache simplement qu'elle est bien et que tu pourrais la regarder en toute confiance si tu aimes ce qu'on appelle les mindfuck.

 

J'ai pas voulu mettre de meme mindfuck, c'est ça le mindfuck++

 

ACHTUNG SPOILERS

 

Oui bon calmons nous, parce que déjà tu t'es fait spoilé sans t'en rendre compte, c'est une ruse spatio-temporelle que j'ai mise au point comme ça, parce que je suis un dingue. Spatio parce que je t'ai spoilé à un autre espace (aka paragraphe) et temporelle parce que tu l'as déjà lu, donc c'est un autre moment.

 

Ensuite, calmons-nous bis parce que les spoilers que je peux être amené à faire sont très superficiels. Je ne vais pas te dire qui est l'assassin ou qui est l'auteur des rapts, puisque (autre spoiler) on n'en sait fichtre rien. Jamais. Quand je rajoute jamais, ce n'est pas un effet de style putaclic twiterien genre "qui blabla ? personne, jamais". Non, c'est parce que ce jamais est porteur d'une vérité temporelle absolue. Et c'est important dans ce putain de merdier qu'est cette série.

 

Après le stage mentionné plus haut (cf. img. 1)

 

Donc je reprends mon calme et mon cacheton. Pourquoi il est inutile de chercher à comprendre ? Parce qu'on n'aura pas de solutions ni de réponses, du moins dans cette saison. C'est le premier point. Le suivant c'est qu'il est important de connaître les bases d'astrophysique concernant les trous de ver. Alors oui, copain, tu vas me dire "pourquoi tu nous balance des trous de ver dans une série policère ?", et moi j'ai envie de reprendre un whisky (stp offre-moi celui du lien) avant de te répondre "parce que le meilleur moyen de complexifier une enquête policière c'est qu'elle se déroule simultanément à différent moments mais au même endroit".

 

ET BIM. J'ai réponse à tout.

 

Le trou de ver, c'est une sorte de concept super sympa qui permet de tordre l'espace-temps. C'est tellement sympa que ça a été utilisé dans pas mal de séries et de films, notamment tout ce qui est science-fiction. Par contre là, on est dans du polar, et ça ouvre un champ de possibilités infinies (et au-delà). Là où les choses deviennent un poil velues (tagada tsoin tsoin) ((vite un lexomil)) c'est que le passage "physique" qui permet d'emprunter le trou de ver et de se replacer dans un espace temporel différent permet aux personnages de se confronter à eux-mêmes. Je te laisse imaginer le bordel : imagine que tu te croises, mais 20 ans plus tôt (si tu as 19 ans déjà t'es dans la merde). Bon ok, retour vers le futur nous l'avait déjà fait, mais en mode chelou, c'est à dire voyage dans le temps, et non pas déplacement via un trou de ver. Maintenant imagine que tu t'influence, d'une manière ou d'une autre, automatiquement ton toi actuel qui se trouve présentement dans le passé se modifie en immédiatement. Il en va de même pour les objets que tu trimballes. Et il en va de même si ces objets ce sont des gosses que tu kidnappes.

 

Bref, après avoir pris un mélange de kétamine et de valium arrosé de quelques shots de vodka, il apparaît très clairement que Dark est un mystère, une série particulièrement bien menée, très oppressante, qui chamboule la tête mais qui intrigue tellement au fil de ses épisodes que, lorsque la fin de la première saison arrive, on a l'impression d'avoir seulement eu une vague introduction à l'histoire. On espère juste que tout ne va pas retomber comme un soufflet dans la saison 2

 

 

Dark et une série de 2017, actuellement avec une saison de 10 épisodes, avec Oliver Masucci et Karoline Eichhorn.

 

 

Dans la catégorie Séries par Guns, modifié le 11-02-2019, 12:27:32
0 commentaire
The Terror

Bataille navale

 

 

 

 

note5.pngAttention, cette fiche ne concerne que la saison 1 de The Terror

 

Histoire

 

Nous sommes en 1845, à l'époque où l'humanité avait encore des choses à découvrir et des raccourcis à trouver. Une expédition est montée, constituée de deux navire : le HMS Terror (hence the title de la série) et le HSM Erebus. Cette expédition, placée sous le commandement de Sir Franklin et de ses commandants en second Crozier et Fitzjames, part à la recherche du fameux passage du Nord-Ouest, supposé être un énorme gain de temps et donc d'argent dans le transport de marchandises. La joyeuse troupe part chargée de vivres pour au moins trois ans, ce qui est fort bien vu sachant que l'expédition se trouve stoppée nette par la reprise des glaces... (suspense)

 

Il était un petit navire ...

 

Opinion

 

Autant le dire dès le départ, cette série implique des forces surnaturelles issues des croyances Inuits (c'est tout de même produit par Ridley Scott). Et en dehors de ce petit détail, toute l'histoire est vraie (plus ou moins, elle est issue du roman éponyme de Dan Simmons, basé sur l'expédition Franklin). C'est le point le plus marquant, car devant les éléments déchainés, devant la dérive de certaines mentalités, on peut avoir du mal à comprendre que cela se soit vraiment passé. Sans vouloir spoiler la série, je vous invite à vous renseigner, après visionnage, sur cette fameuse expédition, dont certains des secrets ont été découverts assez récemment (c'est à dire plus de 150 ans après les faits).

 

HMS Terror et HMS Erebus, source Wikimedia

 

Cette série est composé de 10 épisodes d'environ 1h chacun, et nous plonge dès le départ dans une ambiance confinée et emprunte de malaise, propre à tout environnement purement masculin. Bien que rapidement l'espace s'ouvre, on ne quitte presque jamais cette puanteur. C'est une des forces de la série, réussir à nous plonger dans une atmosphère oppressante, collante alors que nous sommes dans les endroits les plus dégagés qu'il soit.

 

 

Une autre des forces, est la présence des acteurs. Ils réussissent réellement à donner le change et à nous plonger dans l'univers de la marine du 19ème, loin des marinières et des pipes des films des années 60 ou 80, la série s'oriente vers le plus grand réalisme possible. La vie à bord nous est ainsi présentée avec force détails. Tant au niveau de l'organisation que de la hiérarchie, nous devenons témoins rapidement des liens qui se tissent, des caractères qui s'affirment. C'est aussi ce que la série cherche à montrer, assez rapidement : l'humanité et ses multiples facettes. Ceux qui sont dans l'apparat, ceux qui sont dans la souffrance, ceux qui sont dans le mensonge. Chacun est à un moment ou un autre confronté à ses choix. On a là une des séries les plus humanistes qui soit, sans pour autant verser dans la facilité des messages.

 

Le visage des gens, quand je leur parle, dans la rue

 

Concrètement, c'est bien joué, c'est bien réalisé. Les effets spéciaux sont bluffants, d'autant qu'on sait que les acteurs n'ont pas vraiment vu de neige durant les jours de tournages. Il reste une partie un peu plus délicate, c'est le choix de l'intrigue surnaturelle.

 

TADADAM SPOILER

 

Ne lis pas ceci si tu n'as pas vu la série mais que tu souhaites la voir tout de même. Merci.

 

En effet, si les récentes découvertes sur l'expédition ont pu permettre d'apprendre les causes exactes de la perte des navires et des équipages, l'équipe de production a voulu orienter The Terror vers le surnaturel, et en fait une série fantastique. C'est un très bon choix, que je ne peux qu'approuver. En effet, une série purement historique aurait été un simple documentaire romancé, et entre toi et moi public, qui en veut ? Personne, je suis bien d'accord.

Il fallait donc ajouter un peu de sel à tout ça, et c'est au travers de traditions Inuites que cela s'est fait. Et là, je trouve au final très dommage que ce soit si superficiel. La série pourrait nous entraîner dans le folklore Inuit avec plus de détails, d'informations, voire plus de choses surnaturelles. Et non. Ca retombe comme un soufflé, on a le droit à quelques talismans, c'est presque caricatural, et une sorte d'entité spirituelle mais tangible qui en plus se permet de mourir sans qu'on sache vraiment toute la culture qui se cache derrière. Ok la série c'est sur l'expédition, mais je trouve frustrant qu'on passe à côté de nombre de clés qui auraient pu encore élever la série.

 

Les gens, après que leur ai parlé, dans la rue

 

Au final, une série très agréable à regarder, assez marquante et percutante, très bien jouée. Je la recommande chaudement (haha).

 

 

The Terror est une série en cours, dont la saison 1, datant de 2018, comprend 10 épisodes avec Jared Harris, Tobias Menzies, Paul Ready, Adam NagaitisCiarán Hinds et Nive Nielsen.

 

Dans la catégorie Séries par Guns, modifié le 25-01-2019, 14:46:38
0 commentaire
Fleabag

Sac de noeuds

 

note5.png

 

 

Petit résumé

 

 

Fleabag ne peut pas être résumé. Voilà. Frustrant hein ? En fait, Fleabag c'est une sorte de tranche de vie d'une jeune anglaise, peut-être dépressive du fait de la mort de sa meilleure amie, qui tente de faire son chemin dans Londres, malgré sa famille, ses relations et son manque d'argent.

 

Ok mais est-ce que c'est bien ?

 

Oui. Frustrant hein ? En fait, Fleabag, c'est une sorte d'ovni en 6 épisodes (seulement, et c'est dommage) qui provient d'un délire lors d'une soirée de stand-up. Le personnage est profondément attachant en partie de par le fait qu'il interagit avec le spectateur, via notamment des regards caméra plein de sous-entendus.

 

On est vite dans l'ambiance

 

Série remplie d'humour, parfois grinçant, Fleabag se révèle être bien plus que ça, et bien plus dramatique qu'on aurait pu le penser au début (sauf pour ceux qui savent lire une affiche ...). En bref, parce que sur une série aussi courte je ne compte pas m'éterniser, on a une histoire sympathique, des acteurs excellents, et on passe un très très bon moment. Le seul regret est le côté trop court, mais on attend avec impatience une saison 2.

 

Oui ça parle un peu de relations humaines

 

Ce poster en montre pas mal en fait

 

Fleabag est une série anglaise, de 2016, avec Phoebe Waller-Bridge.

Dans la catégorie Séries par Guns, modifié le 16-01-2019, 10:38:08
0 commentaire
Castlevania

Akumajō Dracula

 

note4.png

 

 

Histoire

 

Rapidement, parce que l'histoire est assez succincte : Dracula est un être démoniaque mais super sympa, qui s'éprend d'une jeune et magnifique humaine, qui d'ailleurs lui donne un fils. Sympa comme tout, Dracula s'absente souvent pour voyager et découvrir la beauté du monde et surtout les petits papillons. Pendant l'une de ses absences, sa femme se fait dézinguer par un évêque, parce que le clergé aime pas trop trop qu'on s'accoquine avec un démon, même sympa. Dracula promet alors de se venger, et pour cela il décide d'exterminer l'humanité. Sympa mais faut pas pousser.

 

Gars plutôt sympa

 

Avis éclairé d'un homme adulte dans la quarantaine

 

Castelvania, c'est un gros kif. Une histoire bien sympa, une animation bien sympa quoi qu'un peu simpliste, et un jeu de doublage au top. La série reprend la saga vidéoludique bien connue des vieillards et autre geeks, et, à côté de quelques fan service de bon usage, en fait une série très agréable à regarder.

Les personnages sont attachants, qu'ils se situent au niveau du bien comme du mal (on reste dans un manichéisme très américain - cf. plus bas) et c'est en grande partie dû aux acteurs, qui insufflent à leur personnages une sorte de mélancolie, parfois teintée d'humour noir.

 

La saison 1 était condensée, très intense en combats et se penchait assez peu sur la complexité des personnages. Elle était à mon sens bien plus palpitante que la saison 2. Cette dernière double en longueur, dans tous les sens du terme. Cependant elle permet d'appréhender un peu mieux chaque personnage, elle en introduit aussi de nombreux nouveaux, ce qui laisse à présager d'autres saisons (la 3 est sûre).

 

Quelques scènes de combat viennent émailler cette deuxième saison, mais il y en a moins, on est presque exclusivement entre vampires, avec assez peu de clergé, ce qui m'attriste car j'aimais bien voir les bigots se faire bouffer. Mais bon. On ne peut pas avoir tout ce qu'on veut. Notre troupe de comiques, Belmont, Alucard et Sypha, donne aussi l'impression de passer au second plan, laissant aux deux nouveaux humains venus, Isaac et Hector, la place pour s'installer, ainsi qu'à la badass de la saison : Carmilla.

 

Bad girl, bad girl, what you gonna do

 

Petite note sur le manichéisme. La saison 1 nous baignait dans un monde binaire, le bien d'un côté, le mal de l'autre, rien au milieu. La saison 2, avec ses trahisons, son approche plus subtile, ses nouveaux personnages, commence à laisser apercevoir une palette de gris.

 

Bref, pour conclure, la saison 1 était jouissive, et la saison 2 sonne plus comme une saison de transition vers du (on l'espère) gros fight. A regarder, voire à binger avec de quoi grignoter, c'est l'histoire d'une après-midi bien sympa.

 

 

Castlevania est une série animée dispo sur Netflix, de Warren Ellis, avec les voix (VO) de Richard Armitage, Graham McTavishEmily Swallow et James Callis.

 

PS: rends cette lecture ludique et compte le nombre de Sympa :)

Dans la catégorie Séries par Guns, modifié le 24-01-2019, 15:47:08
0 commentaire
The Haunting of Hill House

The Haunting of Hill House

 

note6.png

 

Un petit mot de l'histoire

 

The Haunting of Hill House nous compte l'histoire, passée et présente, d'une famille qui s'installe dans une ancienne grande bâtisse pour la retaper, la revendre, et profiter d'un bénéfice suffisant pour se poser au calme dans une maison faite sur mesure, rêve familiale. Rapidement, les choses se présentent mal, et il se peut que d'autres habitants soient déjà là.

 

 

Un petit avis sur la question

 

J'ai tenté, pour une fois, de faire un résumé bref, qui ne dévoile rien de cette superbe série, adaptation télévisuelle d'un roman de Shirley Jackson légèrement horrifique. Le but que j'avoue est de vous inciter à la voir, car si je ne devais dire qu'un mot concernant cette série, c'est brillant.

 

Petite remarque, cette fiche ne concerne que la saison 1. Si une saison 2 devait voir le jour un autre avis sera posté (ou pas) à ce moment là. La raison est simple, cette saison couvre intégralement l'histoire, donc s'il devait y en avoir une autre, ce serait simplement une toute autre histoire.

 

Découpée en 10 épisodes de durées très variables (entre 40 et 70' grosse modo), la série n'est jamais violente, gore ou baignée d'hémoglobine. Cependant on est plongé dans un sentiment, peut-être plus d'angoisse que d'horreur. C'est très oppressant, mais franchement on en redemande. Mike Flanagan, dont vous pouvez retrouver ici la critique du pas mauvais Pas un bruit, fait ici une réalisation au cordeau (et nous replace d'ailleurs sa femme Kate Siegel, comme l'une des filles de la famille, version adulte). Tout est millimétré, la scénographie est superbe, le rythme magnifique. Les aller-retours entre 1992 et 2018 sont magistralement gérés. Bref, c'est très agréable, on est plongé en immersion totale et l'effet chair de poule est de ce fait garantie.

 

Oui bon, mais non

 

Cependant, tout aussi magnifique que ce soit, tant en terme de réalisation que de décors, il faut avouer que le point fort de la série, outre son histoire très bien écrite, réside dans ses acteurs. Je pourrais m'extasier devant le jeu des acteurs adultes, comme Victoria Pedretti ou Oliver Jackson-Cohen, mais ce sont surtout les enfants qui m'ont bluffé. Je ne comprends toujours pas comment on peut faire jouer à des enfants très jeunes de tels rôles, et surtout avec autant de justesse. Je n'imagine même pas le côté traumatisant que certaines scènes ont pu avoir. Quoi qu'il en soit les performances sont excellentes.

 

Réalisation au poil, jeux d'acteurs excellents, histoire palpitante, ambiance flippante. Que demander de plus ? Franchement rien. J'ai été enthousiasmé au plus haut point par cette série et je ne peux que la recommander très vivement. Pour moi, ma baffe de cette année.

 

! Partie avec spoilers !

 

Un petit mot pour parler des autres personnages de la série, aka les esprits. Nous sommes à des lieus à la ronde d'un SOS Fantômes ou d'un Casper, les esprits ici sont tellement bien rendus, qu'on se pose plusieurs questions : sont-ils vraiment là ou sont-ils dans la tête des protagonistes ? (réponse : les deux, clairement ça dépend desquels). Et question subsidiaire, combien en ai-je loupé ? Car oui, à certain moment on se rend compte qu'on en aperçoit, sans aucune explication, juste ils sont là. Et on se dit, tiens, j'ai du en louper pas mal, et ça se trouve ce sentiment de malaise que je ressens viens du fait qu'on m'a glissé des images de fantômes depuis le début à mon insu (petit bilan de ces images ici) ... Bref, c'est vraiment bien fait, bien dosé.

 

Petit exemple, réalisé par les pros de Comicbook.com

 

Bisous

 

 

 

The Haunting of Hill House, saison 1, est une série de 2018 visible sur Netflix, en 10 épisodes réalisés par Mike Flanagan, avec Timothy Hutton, Carla Gugino, Michiel Huisman, Elizabeth Reaser, Kate SiegelOliver Jackson-Cohen et Victoria Pedretti.

Dans la catégorie Séries par Guns, modifié le 14-12-2018, 10:54:44
0 commentaire